Logo Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie
Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Le citoyen face au changement climatique            
Le citoyen face au changement climatique / Comprendre et s'informer / Rôle de l'activité humaine / L'effet de serre et vous

Comprendre et s'informer

Imprimer
Imprimer

Rôle de l'activité humaine

L'effet de serre et vous 

 
La moitié du CO2 émis dans l'atmosphère en France est liée à nos comportements quotidiens.
En France, chaque ménage émet 15,5 tonnes de CO2 par an !

A l'origine de ces émissions, l'usage direct d'énergies lié :

  • aux déplacements (4,3 t de CO2 émis soit 28 % du total)
  • au chauffage (2,8 t de CO2 émis soit 18 % du total)
  • à l'eau chaude et à l'électricité (0,6 t de CO2 émis soit 4 % du total)

Mais n'oublions pas qu'un ménage consomme des biens issus de l'activité industrielle et agricole. Il participe donc aussi, de manière indirecte, aux émissions de CO2 liées à la fabrication et au transport des produits et services : soit, pour

  • l'industrie et l'agriculture (3,7 t de CO2 émis soit 24 % du total) 
  • le transport de marchandises (2,6 t de CO2 émis soit 17 % du total)
  • le chauffage et l'électricité au travail (1,4 t de CO2 émis soit 9 % du total)
    Sources : ADEME, MIES, 2002
Aux vues de ces statistiques, il est certain que des économies d'énergie réalisées par un grand nombre de ménages permettraient une réduction importante des émissions françaises de CO2.
  • Qu'en pensent les Français ?

L'ADEME réalise chaque année depuis 2000 un baromètre "Effet de serre" auprès de la population française. En 2005, la lutte contre l'effet de serre arrivait en 3ème position des préoccupations environnementales des Français après la lutte contre la pollution de l'eau et contre la pollution de l'air. En 2007, pour la première fois, la lutte contre le réchauffement climatique (ou effet de serre) arrive en première position des préoccupations environnementales des Français.

Indéniablement, la sensibilité environnementale va croissante dans l’opinion publique et ce qui est nouveau pour l’année 2007, c’est le rythme de progression de cette sensibilité, très important, et la place prépondérante qu’y occupe le changement climatique. Les Français identifient très clairement et depuis longtemps le transport comme cause d’accroissement de l’effet de serre. Dans cette logique, ils accepteraient volontiers, et de plus en plus nettement, que soient taxés les véhicules les plus polluants. En revanche, l’augmentation du prix des carburants ne rencontre l’adhésion que d’un cinquième des personnes interrogées. Cela tient notamment au fait que beaucoup d’entre elles considèrent qu’elles subissent leur mode de déplacement, alors qu’elles ont le choix du modèle de leur voiture. Dans le domaine du bâtiment et concernant l’impact des consommations des ménages dans leur logement, les résultats montrent combien la prise de conscience est croissante, ce qui devrait aller de pair avec une acceptabilité grandissante des mesures réglementaires. D’autant que dans le cadre du Grenelle, des dispositifs incitatifs tels que les éco-prêts à taux zéro ou le crédit d’impôt sont en voie d’être mis en place ou renforcés, autant d’atouts pour transformer la sensibilité acquise en actes concrets.

La dernière enquête réalisée en 2007 est antérieure à la mise en œuvre du Grenelle Environnement. L'effet Grenelle ne sera donc mesurable que lors de l'enquête prévue en juin 2008.

La lettre ADEME&vous - Stratégie & études n°9 présente les principaux résultats de l'enquête réalisée en juin 2007

A lire avant d'agir

  • Nos guides pratiques
    Ils vous aident à faire des choix de citoyen, d'usager et de consommateur qui préservent l'environnement.
    Vous pouvez les consulter dans l'espace Particuliers de notre site.

  • L'impact des ménages sur le climat (PDF - 363K - 15/01/2007)
    L'Institut français de l'environnement (IFEN) explique, dans sa lettre n° 115, le lien entre le mode de vie et la consommation des ménages et les émissions de gaz à effet de serre. Alors que les émissions globales de la France sont en légère baisse (moins 0,8% entre 1990 et 2004) celles qui sont liées à l'habitat et à la mobilité continuent à croître. Chacun, à travers son comportement et ses achats, peut participer à la baisse de ces émissions, spécialement dans le logement et la voiture.