Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
 Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Domaines d'intervention / Energies et matières renouvelables / Produire de l'électricité décentralisée / Solaire photovoltaïque / Situation actuelle et objectifs

Energies et matières renouvelables

Imprimer
Imprimer

Solaire photovoltaïque

Situation actuelle et objectifs 

 

L'ADEME a pour mission de promouvoir l'utilisation des sources d'énergies renouvelables. Parmi celles-ci, l'énergie solaire. L'énergie solaire est inépuisable et bien répartie dans le monde. Celle-ci permet de produire soit de la chaleur soit de l'électricité à travers des procédés de captation de nature très différente. C'est la production d'électricité par conversion photovoltaïque de l'énergie lumineuse du soleil qui nous intéresse ici. Selon les technologies, entre 8 et 22% de l'énergie solaire peut être convertie en électricité par un module photovoltaïque.

En France, les diverses réalisations ont pu mettre en valeur les qualités de l'électricité solaire photovoltaïque : sa fiabilité, sa modularité, son autonomie, son influence faible sur l'environnement et sa plus value en tant que composant de construction (intégration au bâtiment).

 

Marché du photovoltaïque

  • Etat du marché

Historiquement, le marché photovoltaïque français était un marché orienté vers les applications photovoltaïques en sites isolés. C’est à partir de 1999 grâce à l’implication des acteurs français du photovoltaïque et de l’ADEME au sein du projet européen HIP HIP que le marché français s’est réorienté vers les applications  dites "raccordé réseau". Les applications de type "non connecté au réseau", qui représentaient en 2004 50 % du marché et qui ont largement contribué au développement du savoir faire d'étude et d'ingénierie national, sont aujourd'hui à un niveau tout à fait marginal.

Le marché du photovoltaïque raccordé au réseau en France connaît une croissance rapide depuis 2006 avec la mise en place des nouveaux tarifs d'achat de l'électricité produite. La progression du parc en 2010 et 2011 a marqué une avance par rapport aux objectifs du Grenelle de l'Environnement définis fin 2007 (1 100 MW installés fin 2012 et 5 400 MW en 2020). Initialement orienté vers l'électrification des sites isolés, le marché de l'électricité photovoltaïque correspond aujourd'hui à une pluralité d'applications connectées au réseau allant des installations de petite taille intégrées sur les toitures résidentielles aux installations de moyenne puissance sur les toitures d'entrepôts, de grandes surfaces, de hangars agricoles ou encore les centrales au sol.

Afin d'éviter les effets d'aubaine et suite aux gains de productivité et à la baisse des coûts des modules sur le marché, le Gouvernement a procédé en 2011 à une révision des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque et à la mise en place d'appels d'offres pour les systèmes de plus de 100 kW afin d'adapter le dispositif de soutien au développement intensif du parc.

Le graphique ci-dessous présente l'évolution de la puissance cumulée installée des installations en France.

Graphique de l'évolution du parc photovoltaïque français - Puissance installée cumulée de 2000 à 2011
Cliquer pour agrandir

  • DOM COM

Les DOM-COM constituent un enjeu important pour le déploiement des énergies renouvelables et du photovoltaïque en particulier. Ces régions disposent en général d'un fort ensoleillement.

En outre, ne bénéficiant pas d'interconnexion à un réseau électrique continental (ou alors de façon limitée dans le cas de la Corse), les systèmes électriques insulaires (archipel de la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, île de La Réunion, ou encore archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon) ont un situation électrique spécifique. Ils se caractérisent par leur isolement et leur petite taille. Il en résulte des coûts de production de l'électricité plus élevés qu'en Métropole. Toutefois, le gestionnaire de réseau, dont le rôle est d'assurer en permanence l'équilibre consommation-production, limite en temps réel à 30% le taux d'insertion des Energies Renouvelables à caractère fluctuant sur le système électrique, afin de limiter le risque de black-out en cas d'incidents sur le déclenchement du plus gros moyen de production. Même si des projets pourront encore se réaliser au delà de ce seuil, il est nécessaire d'établir une stratégie d'intégration de la production photovoltaïque en vue de limiter l'impact sur le réseau insulaire. L'autoconsommation fait partie de cette stratégie à court terme.

Le graphique ci-dessous met en évidence l'évolution de la puissance totale cumulée des installations photovoltaïques dans les DOM et en Métropole.

Graphique de l'évolution de la puissance totale en Métropole et dans les DOM (MW) entre 2000 et 2011
Cliquer pour agrandir
  • Applications

 Sur le marché français, on peut classer les applications de la manière suivante :

  • Applications non connectées au réseau (base historique du marché du photovoltaïque en France)
    - Les applications domestiques
    - Les applications professionnelles

  • Applications connectées au réseau
    - Réparties
    Les applications pour résidences individuelles (puissance nominale inférieure ou égale à 9 kW) ; les applications sur bâtiments collectifs (puissance nominale de 9 kW à 120 kW)
    Les applications sur bâtiments tertiaires et industriels (puissance nominale de 120 kW à 250 kW)

    - Centralisées
    Les centrales au sol (puissance nominale supérieure ou égale à 250 kW).

Financement du photovoltaïque

 L'action publique structure et accompagne l'essor du marché : elle prend la forme d'un tarif d'achat , avec une orientation toute particulière donnée à l'intégration au bâti, ainsi que divers dispositifs fiscaux de soutien en faveur des particuliers et des entreprises.

Un contrat de fourniture est établi pour une durée de 20 ans entre chaque producteur et la compagnie de distribution (majoritairement EDF).

L'intégration du photovoltaïque au bâtiment est la priorité de la politique gouvernementale. Ce concept qui donne l'opportunité d'accéder au tarif d'achat le plus élevé a nécessité la définition de règles techniques précises. A cette fin, le Comité d'évaluation des produits photovoltaïques intégrés au bâti (CEIAB), dont l'ADEME assure le Secrétariat, examine les systèmes d'intégration photovoltaïques qui lui sont soumis pour déterminer s'ils respectent les critères techniques d'intégration au bâti (IAB) ou les critères d'intégration simplifiée au bâti (ISB) au sens de l'arrêté tarifaire du 4 mars 2011.

La maturité de la technologie permettant des rendements plus élevés et des coûts de production toujours plus faibles, les politiques de soutien à la filière photovoltaïque deviendront de moins en moins nécessaires. Toutefois, en France, étant donné le bas coût de l'électricité, cette compétitivité par rapport à l'électricité non renouvelable n'est pas encore atteinte.

Perspectives

Les principales tendances concernant le marché photovoltaïque en France sont :

  • le développement des systèmes photovoltaïques de puissance nominale supérieure à 36 kW,
  • le développement des solutions d'intégration au bâti,
  • une baisse des prix de vente due à l'accroissement de l'offre concurrentielle,
  • une implication grandissante des grands groupes industriels et énergétiques avec un renforcement de la filière française du photovoltaïque.

A lire avant d'agir

  • Des conseils pour mener à bien un projet photovoltaïque


En savoir plus

  • Rapport Annuel 2012 AIE PVPS (PDF - 883K - 30/05/2013)

    Rapport présentant la situation du PV en France et réalisé dans le cadre du programme de coopération de l'Agence Internationale de l'Energie


Haut de page
Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'Utilisation | Adresses-plans d'accès | L'ADEME recrute | Nous écrire | RSS
Source Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie  http://www.ademe.fr
Logo Ademe
  Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Index English