Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
 Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Menu gauche / Domaines d'intervention / Sites pollués et sols / Gestion durable des sols / Méthodes d'évaluation de la qualité des sols / Indicateurs biologiques de qualité des sols

Domaines d'intervention

Imprimer
Imprimer

Gestion durable des sols

Méthodes d'évaluation de la qualité des sols 

 

Indicateurs biologiques de qualité des sols

La connaissance de la composante biologique des sols et le développement d’indicateurs biologiques (bioindicateurs) sont nécessaires pour compléter les outils disponibles et renseigner sur les modifications et/ou altérations des écosystèmes du sol et plus globalement des écosystèmes terrestres.

Contrairement aux essais d’écotoxicité dans lesquels des organismes de laboratoire, contrôlés sont introduits dans des échantillons de sol, les bioindicateurs reposent généralement sur la mesure de l’écologie de l’échantillon lui-même, sans recours à un organisme extérieur. Dans certains cas néanmoins, un organisme extérieur est apporté sur le terrain, on parle alors de biosurveillance active.

Qu'est-ce qu'un indicateur biologique ou bioindicateur ?

La modification globale de l'écosystème étant par nature trop complexe à appréhender, le développement et la mise en place de bioindicateurs est nécessaire. Un bioindicateur est défini comme un organisme (ou une partie d'un organisme ou une communauté d'organismes) qui renseigne sur l’état et le fonctionnement d’un écosystème. Parmi les bioindicateurs, deux catégories sont généralement distinguées : 

haut de page

Pour les sols, quels bioindicateurs peut-on utiliser ?

Tous les organismes vivants dans ou sur le sol peuvent être utilisés pour évaluer la qualité des sols. Ainsi, des indicateurs existent dans la littérature utilisant les micro-organismes (ex : bactéries, champignons, algues du sol), les invertébrés du sol (ex : protozoaires, nématodes, arthropodes, insectes, vers de terre, escargots), la flore (ex: végétaux) ou d'autres espèces (ex : vertébrés). Pour chaque bioindicateur, il est possible de mesurer sur le terrain ou au laboratoire les paramètres suivants :  

 
L'utilisation "active" de bioindicateurs (implantation au terrain d'organismes "calibrés" issus du laboratoire) peut également être réalisée (ex : escargots, plantes supérieures).  
  
 

haut de page

Quels sont leurs usages ?

Les bioindicateurs peuvent être utilisés pour :
haut de page

Où en est-on ?

Si la bioindication de la qualité des sols était jusqu’à présent cantonnée à des activités de recherche, elle connaît actuellement un essor notamment par le développement de normes d’échantillonnage des organismes sur sols (série de normes ISO 23611, parties 1 à 6) et par la mise en place de programmes coordonnées aux niveaux national (lien vers le programme ADEME, page recherche) et européen (ex : ENVASSO).

haut de page

Les actions de l'ADEME

Actuellement, un programme de recherche de l’ADEME intitulé « Bioindicateurs de qualité des sols » est en cours. L’ADEME cofinance plus généralement des recherches pour mettre au point, améliorer, choisir des bioindicateurs et des batteries de bioindicateurs.
L’Agence a participé également à des travaux européens pour le choix de bioindicateurs utiles à la surveillance de la qualité des sols (ENVASSO).
L’ADEME apporte son soutien à l’AFNOR au moyen d’une aide financière pour l’organisation de la normalisation française et la participation de la France à la normalisation européenne et internationale.
 
L'ADEME a participé à l'élaboration de l'atlas de la biodiversité des sols européens pour la Commission Européenne.
Haut de page
Source Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie  http://www.ademe.fr
Logo Ademe
  Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Index English