Fermer la fenêtre  
Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
 Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Menu gauche / Domaines d'intervention / Déchets / Techniques et procédés / Traitements thermiques / Incinération

Domaines d'intervention

Imprimer
Imprimer

Techniques et procédés

Traitements thermiques 

 
L'essentielDescription des procédésCadre réglementaireQuels sont les impacts
Quels sont les coûtsDes exemplesQuestions-RéponsesPerspectives
L’incinération est un procédé de traitement thermique des déchets avec excès d’air. Ce procédé consiste à brûler les ordures ménagères et déchets industriels banals dans des fours adaptés à leurs caractéristiques (composition, taux d’humidité).
L’incinération avec valorisation énergétique consiste à récupérer la chaleur dégagée par la combustion des éléments combustibles contenus dans les déchets. Cette chaleur, récupérée initialement sous forme de vapeur sous pression, va ensuite être :
- soit utilisée pour alimenter un réseau de chaleur urbain ou des industriels avoisinants,
- soit introduite dans un turboalternateur produisant de l’électricité.
 
L’incinération avec une valorisation énergétique performante est un outil de gestion des déchets permettant de valoriser le potentiel énergétique présent dans les déchets, et donc limiter d’autant le recours à d’autres ressources d’origine fossiles et importées, pour satisfaire ces mêmes besoins. La hiérarchie des modes de gestion est respectée : prévention, réutilisation, recyclage dont valorisation organique, puis valorisation énergétique. Il constitue une alternative à l’enfouissement en installations de stockage.
 
Les risques sanitaires des populations exposées aux retombées atmosphériques des incinérateurs aujourd'hui en fonctionnement sont faibles. Il n'y a pas d'argument solide à ce jour permettant de conclure à un risque accru de cancer (quel qu'en soit le type) pour les résidents à proximité d'un incinérateur.

L'ADEME insiste sur l'enjeu important qu'il y a à respecter les valeurs limites d'émission fixées par la réglementation et la nécessité d'exploiter chaque incinérateur en permanence de façon optimale. Une attention particulière doit ainsi être portée au suivi, si possible en continu, du fonctionnement des installations et à la transparence de l'information vis à vis des riverains et du public en général.
  • Les avantages de l'incinération
Les points forts de l’incinération :
 
- traitement adapté à toutes sortes de déchets (dangereux, non dangereux, solides et liquides) ;
 
- diminue fortement le volume des déchets (90% de réduction environ) et leur masse (70% environ pour les déchets ménagers et assimilés), produit des mâchefers valorisables ;
 
- réduit les déchets à enfouir ou à mettre en décharge ;
 
- réduit la nocivité des déchets (stérilisation par combustion de déchets de soins par exemple) ;
 
- émet moins de gaz à effet de serre que le stockage qui génère, quelles que soient les précautions de captage prises, des fuites de méthane (puissant gaz à effet de serre) issu de la dégradation des déchets organiques ;
 
- permet de tirer le meilleur parti du contenu énergétique des déchets en produisant de la chaleur susceptible d’alimenter un réseau de chaleur urbain et/ou d’être transformée en électricité ; à travers la production d’énergie, elle participe à la réduction de l’utilisation de ressources fossiles. La valorisation d’une tonne de déchets peut permettre de produire jusqu’à 500 kWh d’électricité (en valorisation électrique seule) ou 1700 kWh de chaleur (en valorisation thermique seule) environ.
  • Les inconvénients de l'incinération
Les points faibles et points de vigilance :
 
- l’incinération génère des craintes sur ses impacts sanitaires, craintes étayées par de mauvaises pratiques passées.
 
Cependant aujourd’hui, les émissions des incinérateurs font l’objet d’un encadrement qui a été fortement renforcé par les directives européennes et les arrêtés préfectoraux. Des valeurs limites d’émissions très restrictives des gaz dans l’atmosphère ont été fixées pour les principaux polluants : dioxines, métaux, chlorure d’hydrogène, oxydes de soufre et d’azote, poussières. La qualité de gestion de l’unité doit faire l’objet d’un protocole de suivi (exploitation de l’unité, qualification des déchets entrants, suivi et contrôle des émissions).
 
Une surveillance des impacts environnementaux des fumées, une transparence sur le suivi des émissions, et une vigilance des collectivités et populations (communes riveraines, Commission locale d’information et de surveillance (CLIS)…) restent nécessaires.
 
- l’incinération génère des craintes sur le fait de pouvoir constituer un obstacle au développement du recyclage et de la prévention. Cependant, recyclage et incinération ne sont pas des modes concurrents mais complémentaires dès lors que l’incinération est correctement dimensionnée et que les contrats ne comportent pas d’obligation limitant le développement de la collecte séparée.
 
  • Les déchets concernés

- les déchets dangereux et non dangereux :
les usines d'incinération sont dédiées à l'une ou l'autre de ces catégories de déchets : une même usine d'incinération ne peut pas incinérer à la fois des déchets dangereux et non dangereux ;


- les déchets liquides (boues) et solides :
ces déchets sont exclus du champ d'application de la réglementation française relative à l'incinération (arrêté du 20 septembre 2002) un certain nombre de déchets, tels que : les déchets radioactifs, les déchets végétaux agricoles et forestiers, les carcasses d'animaux relevant de la directive 90/66/CEE...

  • Les sous-produits générés
- les mâchefers récupérés en sortie de fours ;
- les résidus d'épuration des fumées ;
- les fumées épurées ;
- des rejets liquides éventuels suivant les installations ;
- des métaux ferreux et non ferreux valorisables suivant les installations ;
- de l'énergie thermique et/ou électrique suivant les installations.

Focus


En savoir plus


Haut de page
Source Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie  http://www.ademe.fr
Logo Ademe
  Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Index English